Mes cours de préparation à la naissance # 2

Hier, j’ai eu mon troisième cours de préparation à la naissance et j’ai appris un tas de choses intéressantes! Cette fois-ci PapaGrenouille étant présent et en plus il m’a fait beaucoup rire!

Nous avons commencé par la partie théorique. La sage femme a repris la fin du cours précédent qui parlait du moment ou il faut se rendre à la maternité et nous a expliqué cette fois ce qu’était la rupture et la fissure de la poche des eaux. Tout d’abord, le liquide amniotique peut être de plusieurs couleurs. Dans la grande majorité des cas, il est translucide, mais il peut être aussi trouble (à cause du vernix qui recouvre le bébé et qui se dissous un peu dans le liquide amniotique), rosé (si le col saigne un peu) ou encore jaune/vert (s’il a était en contact avec le méconium).

Si la poche des eaux s’est rompue alors un grand volume de liquide va s’écouler d’un coup. Jusque-là, c’est plutôt évident. Ce qui est plus difficile à déceler c’est quand la poche des eaux est fissurée (j’ai pensé à toi Sophia pendant ce cours). Dans ce cas-là, le liquide amniotique s’écoule de façon alternative, car en s’écoulant, il fait descendre le bébé qui appuie et bouche la fissure avec sa tête. Dès que celui-ci bouge, ça se met à couler de nouveau. Le souci c’est que lorsque’on découvre du liquide dans ses sous-vêtements pendant la grossesse, ce n’est pas forcément du liquide amniotique. Cela peut aussi être des pertes vaginales, une légère incontinence urinaire ou encore une forte transpiration. Pour éliminer ces trois possibilités avant de se rendre à la maternité, il faut aller uriner, se nettoyer, mettre une serviette hygiénique propre et éventuellement stimuler bébé pour qu’il bouge un peu. Si 1/2 heure plus tard, la serviette est mouillée, il y a de grandes chances pour que ce soit la poche des eaux qui est fissurée. La transpiration s’évapore quand on porte une serviette, les pertes vaginales forment plutôt un amas laiteux et si la vessie est vide, ça ne peut pas être de l’urine. Si la poche des eaux est fissurée ou rompue, il faut se rendre à la maternité dans l’heure ou les deux heures qui suivent maximum, car le bébé n’est plus protégé du milieu extérieur et il y a des risques d’infections.

Article 55

La sage femme nous a ensuite parlait des saignements qui pouvait avoir lieu pendant la grossesse. Le col peut saigner tout seul, mais il peut également saigner après un rapport ou après un toucher vaginal. Il peut également s’agir d’une infection urinaire. En cas de doute, il ne faut pas hésiter à aller consulter. Si les saignements sont très importants, il peut s’agir d’un décollement important du placenta et dans ce cas là, une césarienne d’urgence sera probablement nécessaire.

Si au cours du troisième trimestre, on réalise que l’on n’a pas senti bébé bougé depuis un moment, il ne faut pas paniquer. Il faut se poser, expirer, respirer comme elle nous l’a appris au dernier cours. Parfois, ça suffit à nous permettre de sentir bébé bouger. On peut aussi le réveiller en appuyant sur le ventre, en berçant le bébé de droite à gauche. Certaines femmes ont peur de faire ça, elles ont peur de faire mal au bébé, mais il ne risque absolument rien! D’ailleurs, les sages femmes le font lorsqu’elles doivent poser un monitoring et qu’elles cherchent comment est positionné le bébé. Si l’on ne sent toujours pas bébé bouger alors il faut s’allonger sur le dos puis changer de position, se mettre sur la gauche puis de nouveau sur le dos, puis sur la droite et en général bébé se met à bouger. Moi, personnellement, la nuit à chaque fois que je me mets sur le côté, surtout sur le côté droit, je me prends une rafale de coup particulièrement douloureux. Si l’on ne sent toujours pas bébé bouger au bout de plusieurs heures, il ne faut pas hésiter à aller consulter. La plupart du temps, bébé était juste profondément endormi.

Dans ces trois cas de stress (perte des eaux, perte de sang et immobilité de bébé), il ne faut pas paniquée. Si l’on est angoissée, qu’on a peur, qu’on est essoufflée ou juste si qu’on a envie de se faire du bien. Il faut se poser, expirer, se concentrer sur sa respiration, sur son ventre et son bébé. Et en général, ça va tout de suite déjà mieux comme ça.

La sage femme nous a également parlé du déclenchement qui peut avoir lieu si le terme est dépassé de quelques jours (au maximum, à Vienne du moins, à 42 SA, une maman aura son bébé dans les bras), si le bébé est un peu gros et qu’il est préférable qu’il naisse un peu plus tôt pour éviter éventuellement une césarienne ou si la poche des eaux est rompue depuis plusieurs jours, mais que le travail ne démarre pas. Pour déclencher l’accouchement, il y a plusieurs possibilités. Si le col est encore complètement fermé, tonique postérieur et long, la sage femme introduit un gel ou un tampon contenant de la prostaglandine dans le vagin. Si le col est un peu plus mûr, le déclenchement se fera par perfusion aux gouttes à gouttes. Dans les deux cas, on estime que le déclenchement a fonctionné si l’accouchement a lieu dans les 24h. Si ce n’est pas le cas, les sages femmes peuvent dans certains cas procéder à un second déclenchement par la même méthode ou utiliser la seconde. Si l’accouchement n’a toujours pas eu lieu dans les 48h, il faudra procéder à une césarienne.

Après cette partie théorique que j’ai trouvé particulièrement intéressante et informative, nous avons fait une petite pause avant de passer à la partie pratique! Je suis donc partie aux toilettes et quand je suis revenue, j’ai trouvé mon mari avec un matelas à la main, complètement perdu et qui me cherchait partout du regard en espérant que j’arrive très vite. Il était là avec son matelas à ne savoir que faire, on aurait dit un enfant tétanisé et perdu dans la foule. Quand je suis arrivée près de lui, il a eu l’air soulagé. Il m’a dit qu’il n’avait rien compris aux instructions, qu’il ne savait pas ce qu’il devait faire et qu’il espérer que je revienne très vite. Il m’a bien fait rire! Il est fatigué en ce moment et parfois son cerveau sature et il ne sait plus où il en est et ce qu’il doit faire. En fait, il fallait juste se mettre en binôme et prendre un matelas, deux oreillers et un traversin!

Cette partie théorique avait pour but d’apprendre à bien se positionner pour soulager le dos, dormir et se relever sans forcer sur les abdos. Quand on est debout, il faut décambrer le dos en pensant à basculer son pubis vers l’avant. Pour dormir, le mieux est de mettre deux oreillers en T de façon à ce que la tête soit bien alignée avec le reste du corps, ni trop en avant, ni trop en arrière. Il faut aussi plier les jambes et rapprocher les fesses des pieds pour que le dos soit bien à plat sur le matelas. Et effectivement, dans cette position, mon dos me faisait moins mal. On peut également soulager le dos en mettant un gros ballon d’accouchement sous les jambes et en effectuant un mouvement de balancier ou circulaires. À un moment, PapaGrenouille devait passer ses mains sous mon dos pour l’étirer et le mettre bien à plat. Sauf qu’il n’étirait rien du tout et me caressait les hanches. Et du coup, j’ai attrapé un fou rire mémorable! Je pleurais de rire, mon maquillage coulait partout et j’avais mal au ventre tellement je rigolais.

La sage femme nous a ensuite expliqué comment il fallait se relever quand on était allongé pour ne pas tirer sur les abdos. Il y a deux façons. Soit, on utilise un traversin que l’on serre entre ses cuisses, jambes pliées et entre ses bras et en basculant d’un bloc sur le côté. Soit, jambes pliées, on tend un bras avec lequel on attrape le genou du même côté, on colle son pied sur l’autre genou et on pousse avec son bras tendu pour basculer d’un bloc. Dans les deux cas, on se met ensuite à quatre pâtes et on s’appuie sur une jambe pour se relever doucement. Par écrit, ce n’est pas très clair, mais je ne vois pas trop comment expliquer autrement!

Le cours étant fini, nous avons tout rangé et nous sommes sortis. Il faisait un temps de chien. Il pleuvait à verse et il y avait un vent de fou. Mon nouveau parapluie super costaud n’a pas résisté aux assauts du vent et trois de ses baleines se sont pliées, j’étais dégoutée. Du coup, je l’ai refermé et là, sur le parking, nous avons aperçu un pauvre parapluie noir tout retourné, tout déchiqueté et on s’est pris un autre fou rire sous la pluie glacée qui fouettait nos visages. Je ne pouvais plus marcher tellement je rigolais et en plus ça me donnait envie d’aller aux toilettes. Nous avons finalement atteint la voiture, à moitié trempés, et frigorifies, mais de très bonne humeur.

J’ai passé un très bon après-midi! Décidément, j’aime vraiment bien ces cours de préparation à la naissance!!

EDIT : Article sélection du jour Famille Sur Hellocoton! Merci!

Publicités

Laissez moi un petit mot, j'y répondrais bien volontier!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s