Mon désir d’enfants

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu avoir des enfants. Je n’ai jamais envisagé de ne pas en avoir. J’ai envisagé de ne pas avoir d’homme dans ma vie si je ne trouvais pas le bon, mais jamais de ne pas avoir d’enfants. J’en aurai adopté ou j’aurai eu recours à l’insémination artificielle, mais quoiqu’il arrive j’aurai eu des enfants! Pour moi, ça a toujours été une évidence. Et je n’aurai pas pu vivre avec un homme qui ne désirait pas d’enfants.

J’ai toujours été attiré par les bébés et par les enfants en bas age. Je vais très facilement vers eux, je les prends dans mes bras, je leur parle, je joue avec eux. Ça a commencé très jeune. Quand mon frère est né, j’avais 13 ans et ça ne m’a jamais fait peur de le prendre dans mes bras, de lui donner le bain, de le changer ou de lui donner le biberon.

Article 24

Et quelque part, je pense que les bébés et les jeunes enfants doivent sentir que je suis à l’aise avec eux, car cette attirance est réciproque. Ils viennent souvent vers moi. Je me souviens par exemple d’une toute petite fille qui devait avoir moins de deux ans et qui marchait à peine. J’étais dans un magasin de vêtements et elle est venue vers moi d’un air décidé et m’a tendu les bras pour que je la prenne. Sa maman était juste à côté, elle a rigolé et j’ai pris cette toute petite fille dans mes bras. Elle ne me connaissait pas et ne m’avait jamais vu et elle n’a pas hésité à venir vers moi. Et ce n’est pas le seul exemple.

Au collège, je voulais travailler avec les enfants, être puéricultrice et travailler en crèche. Mais les études m’ont largement refroidi. Je trouvais grotesque qu’il faille faire trois ans d’études et des mémoires en veux-tu en voilà pour s’occuper de bébés et d’enfants. Je trouve ça tellement naturel et inné. Je garde dans un petit coin de ma tête mon désir d’être assistante maternelle si un jour j’ai les moyens d’avoir une grande maison. J’aimerai aussi devenir une famille d’accueil, mais je ne suis pas sure que ça soit pour moi. Je ne suis pas sure d’être assez forte. Je sais que je m’attacherai tellement fort aux enfants qui viendraient vivre chez moi que je supporterai difficilement de les voir repartir.

Mon désir d’enfant est maintenant sur le point de se réaliser. Je vais le porter neuf mois dans mon ventre, mais avant je l’aurai porté des années dans ma tête. J’ai hâte de savoir que tout va bien, de le sentir bouger puis de pouvoir le tenir tout contre moi. Je me suis imaginée des tas de choses et pourtant je suis sure que rien ne sera comme je l’ai imaginé.

Tout sera tellement plus fort. Tellement plus beau. Tellement plus vrai…

EDIT : Article sélection du jour Famille Sur Hellocoton! Merci!

Publicités

Laissez moi un petit mot, j'y répondrais bien volontier!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s